Nobirama, mais kézako ?

 L’histoire d’un type (nobi, donc) passionné par le grand écran dès son plus jeune âge, qui voulait partager sa passion pour les images animées. 

 Terrorisé par un extraterrestre perdu au fin fond d’une forêt américaine dès sa sortie en salle (Le type en question est devenu fan de Spielberg depuis), fou du matricule 007, amoureux des claquettes sous la pluie, quelque peu émoustillé par deux jeunes gens cabriolant dans une abbaye pas très nette et bien sûr émerveillé par les épées luminescentes et autre copilote poilu, nobi a été surtout biberonné aux gros films américains qui tachent et au saint-Blockbuster.

Et qu’en est-il ressorti ? Un amour immodéré pour les effets spéciaux, les making of et toutes revues spécialisées qui se respectent : Mad movies, Starfix et SFX (qu’il achète tous les 2 mois depuis 1993, eh ouais !)

Après un gavage certain à la mousse de latex, aux litres de faux sang et aux cid-gi-aïe en tout genre, nobi a réussi à exorciser le petit E.T. qui était tapi au fond de lui, prêt à bondir et s’est abruti de films d’horreur, d’épouvante et gores.

 Mais évidement, tout amoureux du cinéma qui se respecte ne peut se contenter de voir des films à grand spectacle et de l’hémoglobine, même fausse, toute sa vie (graves problèmes neuronaux en vue).

Alors il s’est diversifié le nobi. Il est allé chercher ailleurs. Des films d’autres pays (Japon, Espagne, Chine, Allemagne, Italie…) du film d’animation, de l’indé, du contemplatif, du barré, du baroque, du costume, du documentaire, de l’IMAX, du 1/66…

Bref, d’autres horizons… 

Pour faire court Kézako Nobirama ?

Un petit site de critiques de films, sans prétention mais avec  beaucoup de passion à l’intérieur. 

Évidemment beaucoup de films américains (mais pas que) 

 Nobirama c’est un site où je partage mes ressentis, mes émotions et mes colères aussi. Vous y verrez beaucoup de parenthèses et souvent le mot « bref ».

Bref, mes coups de cœur et mes coups de boules !