Damien Chazelle propose une revisite très humaine de la conquête spatiale qui a les défauts de ses qualités.
On gagne en émotion et en immersion (le spectateur « subit » littéralement l’expérience des astronautes) mais à trop vouloir filmer au plus près des corps, on perd en intensité et en grand spectacle. L’approche est certes originale mais utilisation quasi systématique de la caméra à l’épaule atténue à mon sens la majesté qu’auraient pu avoir certains plans s’ils avaient été filmé autrement qu’à 3 cm du visage de chaque personnage.
Reste que first man nous scotche dès la scène d’intro et que Chazelle compose un habile maillage émotionnel tout au long du film qui nous prend aux tripes. Il faut reconnaître aussi l’incroyable soin apporté aux effets sonores qui nous mettent dans un état second lors des scènes de vol.
Cela étant dit, certains passages sont un peu décousues et l’on saute d’une période à une autre parfois trop rapidement.
Pour une fois on aurait presque envie que le film dure 1h de plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *