Inutile de lancer une cabale contre le dernier opus de la galaxie Star Wars, de crier au scandale ou de partir en guerre contre Lucasfilm ; laissons cela aux critiques qui vont s’en donner à cœur joie. Un seul et amère constat pour tout fan d’une certaine galaxie lointaine, très lointaine qui se respecte : Solo n’est pas un bon film.
À un moment où un autre, il fallait s’y attendre.
Après le « nouveau » souffle épique du Réveil de la force, le très réussi Rogue one et le plutôt controversé The last jedi, le 4ème film Star Wars de l’ère Disney tombe complètement à plat.
Rappelons-le, Solo est une « Origin story » tout comme l’était Rogue one, c’est à dire un film totalement indépendant de l’arc narratif des épisodes 7, 8 (et bientôt 9) mettant en avant la jeunesse de notre contrebandier préféré, Han Solo.
Quand je dis que ce n’est pas un bon film, je vais devoir développer. En fait, c’est presque pire. Solo est insipide. Sans saveur. Le dernier Star Wars n’apporte aucune émotion, pas un petit poil qui se dresse… on sent les appels aux clins d’yeux, la musique tonitruante nous apportant son lot de mélodies spatiales plutôt reconnaissables, les « easter eggs » censés titiller le geek qui sommeille en nous et qui n’attend que ça ; le résultat reste vain.
Comment Han a rencontré Chewbacca ? Quel est ce fameux raid de Kessel réalisé en 12 parsecs (j’en vois déjà au fond qui décroche) ? Quid de Lando ?
On s’en cogne !
Car contrairement à Rogue one qui traînait son ambiance de guerre désespérée et ses velléités de film dramatique, Ron Howard, fraîchement débarqué sur le tournage après le renvoi des deux réalisateurs initiaux, tente des choses mais semble franchement perdu. Un relent de Western, un clin d’œil aux films de casse, une poursuite par-ci, une blague par-là… rien n’y fait, ça ne fonctionne pas.
Quand on sait qu’il a utilisé près de 70% du matériel déjà filmé, comment lui en vouloir.
Une fois de plus c’est le spectateur qui morfle.
Alors, un mal pour un bien, nous allons tous souhaiter que Solo se plante au box office et fasse réfléchir les pontes de Disney sur la marche à suivre pour redresser la barre. Parce que c’est bien beau de dépenser 4 milliards d’euros pour racheter Lucasfilm à tonton George, mais si c’est pour produire des bouses pareils… D’ailleurs la salle dans laquelle je me trouvais était loin d’être pleine à craquer, contrairement aux autres projections de la saga.
Un signe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *