Hier soir j’apprends Interloqué que Netflix vient de racheter les droits du dernier opus du projet Cloverfield de J.J. Abrams. Le film est fraichement baptisé The Cloverfield Paradox. Fraichement car on peut encore, à l’heure où j’écris ces lignes, le voir écrit 2018 Cloverfield movie et que son nom de travail il y a quelques mois était God particle.

Ce matin, en surfant sur le web, v’là-t’y-pas que je m’aperçois que le film est déjà disponible sur la plateforme de streaming américaine ?!?

 

Bonheur

 

Il faut dire que j’avais particulièrement aimé Cloverfield premier du nom (« pris en pleine face » serait d’ailleurs le terme exact) Un premier film plein de mystères et de séquences chocs, auréolé d’une promo virale assez incroyable. Le deuxième, Cloverfield Lane, jouant sur un registre beaucoup plus psychologique se passait quasi exclusivement en huis-clos. La fin abrupte, surprenante et relativement ouverte n’apportait cependant pas beaucoup de réponses à ce que nous venions de voir. Car la production des films restait assez flou quant à la relation entre chaque épisode de la série. Un vague fil rouge serait sensé lier les films les uns aux autres mais encore aujourd’hui je m’interroge sur celui des deux premiers.

 

Bonheur donc…

…Vite dissipé par le bâclage en règle, insipide et déjà-vu de ce dernier épisode. Je n’ai pas envie de m’éterniser sur ce film pompant allègrement tous les métrages se passant en vase clos dans l’espace. Sachez en gros que suite à une pénurie de ressources naturelles qui menace la terre, des scientifiques envoient un énorme accélérateur de particules dans l’espace qui une fois en marche serait sensé apporter l’énergie nécessaire à la survie de l’espèce humaine. Devinez quoi ? Ca ne va pas très bien se passer.

La terre disparait et des choses trèèèèès inquiétantes vont se passer dans la station. Phénomènes inexplicables, cris, sang, explosions, le tout finalement bien filmé et bien joué mais d’un ennui mortel. On se fout de savoir où est la terre, on n’arrive pas à s’attacher aux personnages (vu qu’on sait qu’ils vont crever un  par un) et surtout on se demande bien où les producteurs veulent en venir !

 

SPOILER ALERT !!! Attention, une fois n’est pas coutume, je parle de l’intrigue sans rien cacher et dévoile la toute fin sans aucun scrupule, vous êtes prévenu !

 

 

 

Après avoir actionné l’accélérateur, l’équipage se retrouve donc dans une réalité parallèle. Après bien des péripéties, des trahisons et beaucoup de morts ; confrontés à la présence d’une « autre » terre, les uniques survivants essayent de quitter la station endommagée pour regagner cette dernière, unique rempart à leur survie. Le dernier plan voit la capsule entrer dans l’atmosphère terrestre crevant les nuages. Deux secondes après la tête gigantesque de la créature du premier Cloverfield surgit et pousse un rugissement. Fin.

Nan mais franchement, cela vallait-il le coup d’attendre 1h42 pour ça ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *