Décidément, Denis Villeneuve transforme tout ce qu’il touche en or.

Cette fois il s’attaque au cartel mexicain.
Résultat : une dose massive d’adrénaline et un sommet de tension. Je crois que la dernière fois que j’ai autant serré les fesses et les dents au cinéma, c’était quand Clarisse Starling rentrait dans l’appartement de Buffalo Bill (j’exagère mais c’est presque ça !)
Aidé par des acteurs FABULEUX et une musique qui vous hantera de longues heures après, Sicario fait parti de ces films qui comptent et qui restent.

En suivant Emily Blunt (parfaite) en agent du FBI un peu dépassée par les événements, le réalisateur canadien nous laisse volontairement dans le flou créant ainsi une atmosphère terriblement flippante. Rien de pire que de savoir que quelque chose va arriver, sans savoir quand, où, voire est-ce que ça va vraiment arriver.

Cette position d’insécurité totale sert le film d’une manière incroyable puisque c’est au cœur des narcotraficants que les protagonistes – et les spectateurs – évoluent ; pas forcément le plus fun niveau détente et relaxation. Le danger est constant, palpable et nous touchons du bout des doigts l’antichambre de l’enfer (qui veut le Lonely planet pour Juarez ?)

Benicio Del Toro rencontre peut-être ici son meilleur rôle. Je n’en dirai pas plus.

J’ai beaucoup aimé Dheepan mais à choisir, j’aurai mis la Palme à Sicario. Quand le moment de choisir mon film préféré de l’année 2015 va arriver, je vais pleurer.

Allez le voir fissa c’est d’la bombe !!!

9/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *