(J’essaye de ne rien dévoiler mais si vous voulez une surprise totale je vous invite à passer votre chemin)

Le plus gros problème de Spectre en fait, c’est d’être arrivé après Skyfall. Celui-ci impressionnait à l’époque par sa facture soignée, sa photo sublime, son histoire sombre qui grattait le vernis bondien pour en dévoiler ses origines. Ou du moins une partie. Nous avions enfin un Bond d’auteur.

Spectre est plus ambigüe.

Sam Mendes continu l’exploration intime de James Bond et le fait avec une lenteur et une pesanteur qui pourra en laisser plus d’un perplexe. Ce qui donne parfois de superbes scènes (la première réunion secrète du mystérieux Spectre, tout en clair-obscur) mais aussi des moments de flottement qui ont tendance à ralentir le film ; celui-ci au final peinant à trouver son rythme.

En fait l’intégralité de ce nouveau 007 est fait de moments de grâce et de longueurs déroutantes.

Après une formidable scène d’intro, la première contradiction se retrouve dès le générique, d’une beauté sidérante, sur une musique franchement mièvre et peu digne d’un Bond.

Sans m’attarder sur le sujet propre du film qui s’interroge sur l’utilité de conserver des agents secrets poussiéreux à l’heure du tout numérique et des drones chargés de faire le sale boulot d’un simple clic, on retrouve tous les canons bondiens pour la plus grande joie de nos poils, dressés au garde à vous dès l’apparition du fameux « gun barrel » au tout début, une première dans l’ère Craiguienne ! Les références aux autres opus sont légions et l’acteur britannique est une nouvelle fois irréprochable. On n’échappe pas aux sempiternelles poursuites de voitures et autres bastons (dont une gratinée faisant directement référence à Bons baisers de Russie) mais après tout, on est là pour ça !

Pas de déception véritable donc, mais quelques longueurs inutiles. Il faut noter cependant que l’intégralité de Spectre baigne dans une atmosphère éthérée et fantomatique qui nous hante longtemps après le générique de fin.

7,5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *